Témoignage de Anaïs L.

J'ai été diagnostiquée, il y'a 4 ans, souffrant de troubles psy appelés "état limite" ou encore "borderline". Cette pathologie est due à des traumatismes dans l'enfance. Depuis l'adolescence j'ai été en souffrance. Ça se caractérise par un état profondément dépressif, des idées noires avec passages à l'acte, des crises d'angoisse où on a l'impression qu'on va mourir. Un syndrome abandonnique, c'est à dire une peur irrépressible de l'abandon de ses proches. Vivre le décès d'une grande amie ou une séparation amoureuse ont été des choses par exemple ingérables. Une hypersensibilité également. Chaque émotion est décuplée. Donc souvent on a droit à: "oh mais qu'est-ce que tu dramatises!!" "Tu veux la palme de la souffrance?" mais en fait à l'intérieur c'est un tsunami d'émotions incontrôlables. C'est épuisant. La maladie psy n'est pas visible. Quand on ne l'a pas vécue, on ne peut pas comprendre. C'est à se taper la tête contre les murs. Alors les gens sont patients au début, puis au bout d'un moment c'est:" oh mais mets toi un Coup de pied au cul". La maladie psy est un carcan insoutenable. Elle fige, paralyse. Je ne souhaite cette souffrance à personne, même pas à mon pire ennemi. Pour l'entourage proche, c'est très douloureux, car les personnes se sentent démunies et ne savent plus quoi faire pour aider. J'ai vu des psychiatres depuis mes 15 ans et été pendant  20 ans sous des traitements différents. 

À cela s'ajoute des troubles du comportement alimentaire. C'est un symptôme. C'est comme l'alcoolisme mais avec de la nourriture. Ce également depuis l'adolescence. Alors pendant des années, ça ne s'est pas trop vu, bien que j'avais tendance à faire l'effet yoyo. Mais il y'a 6 ans. J'ai vécu un choc psy. Là tout s'est enchaîné. Descente aux enfers. La souffrance psy a été décuplée et les troubles alimentaires exacerbés. J'ai d'ailleurs changé de trajectoire de vie, j'ai arrêté d'être comédienne et entamé une formation d'assistante sociale. Bref, en moins de 2 ans j'ai doublé mon poids. J'ai pris 58kilos. Je suis devenue ce qu'on appelle "obèse morbide". Je me souviens d'une crise où j'avais mangé 14 crêpes au Nutella. J'ai changé du tout au tout. J'ai perdu toute confiance en moi (et j'en avais déjà pas beaucoup), je souffrais d'une honte indescriptible. Je me cachais, je m'effaçais, je voulais disparaître. Je n'arrivais plus à prendre la parole en société. Mes proches ne me reconnaissaient plus. Les médecins m'ont dit que je n'arriverai jamais à perdre ce poids seule. Un nutritionniste m'a alors orientée vers un chirurgien pour une chirurgie bariatrique. J'ai parlé de cette opération à mes proches. Certains m'ont soutenue mais beaucoup m'ont découragée. Ces personnes avaient sûrement peur pour moi. Je ne leur en veux pas. 

Neuf mois se sont passés entre le premier rendez-vous avec le chirurgien et l'opération qui a eu lieu le 13 septembre. J'ai suivi une batterie d'examens, vu des psy pendant ces 9 mois. Car l'accord pour l'opération ne se fait pas du jour au lendemain et heureusement, il faut se préparer psychologiquement!

J'ai donc été opérée d'un bypass. C'est une réduction de l'estomac et une dérivation des intestins. J'ai perdu 27 kilos depuis le 13 septembre. Je n'ai plus aucune pulsion alimentaire, je suis désintoxiquée du sucre, je ne ressens aucune frustration. Je revis tout simplement physiquement et psychologiquement. On verra dans 1 an, 3 ans, 10, 30... l'évolution. Mais aujourd'hui je remercie ce chirurgien qui m'a sauvée, professeur Chevallier.

La pathologie borderline s'apaise généralement entre 30 et 40 ans. Quand les personnes ont réussi à survivre les 20 années précédentes et arrivent à cet âge là. Après ce tournant, les personnes peuvent vivre normalement, vivre tout simplement. Aujourd'hui je vis, je ne survis plus. Je remercie les rares personnes qui m'ont soutenue, toujours, et qui m'ont portée quand je tombais. Si elles n'avaient pas été là, je ne serais plus de ce monde. Elles se reconnaîtront. Voilà mon histoire est finie, ou plutôt elle commence!

Bien à vous. 

Anaïs L.

Retour